Construction budgetaire erreurs a eviter
Notre blog

Construction budgétaire : les erreurs à éviter

Lecture: 5min – Le 23 mars 2021

A quoi sert un budget ?

 

Dans un article précédent, nous avons vu que le budget a de multiples utilités et vertus. C’est à la fois un processus structurant pour l’entreprise et un moment privilégié pour la prise de recul, la revue des agendas stratégique et opérationnel. Enfin, c’est un outil largement utilisé pour la fixation d’objectifs individuels ou collectifs et pour le pilotage de la performance.

C’est sur ce dernier aspect que nous allons nous concentrer ici.

Le budget est LE référentiel annuel. Il sera intégré́ dans les différents tableaux de bord, reportings et prévisions financières. Cela permet à l’entreprise de comparer tout au long de l’année sa performance réelle par rapport aux objectifs qu’elle s’était fixée.

Dans un environnement industriel, le budget est également utilisé pour l’élaboration de ses coûts standards qui permettront de calculer une marge standard vers laquelle l’entreprise doit tendre. 

A travers l’analyse des écarts réel vs budget, réalisée le plus souvent sur un rythme mensuel, l’entreprise identifiera rapidement les actions correctives à mettre en œuvre pour revenir sur la trajectoire souhaitée.

 

Les pièges à éviter dans votre construction budgétaire

 

L’Excès

 

Un budget de ventes trop ambitieux aura deux inconvénients :

  • Budgéter une trop forte croissance des dépenses commerciales comme moyens d’atteinte des objectifs de chiffre d’affaires mais sans assurance d’y parvenir ;
  • Générer une certaine démotivation des équipes commerciales si les objectifs semblent “hors d’atteinte”.

A l’inverse, établir un budget de ventes trop prudent, c’est prendre le risque de faire rouler l’entreprise en sous-régime. L’une des solutions pour éviter cet écueil consiste alors à fixer des objectifs commerciaux distincts et supérieurs au budget.

 

Au-delà de la partie commerciale, l’utilisation de provisions de précaution, pour faire face aux aléas, est quelquefois utilisée de manière excessive. Il est sage d’être prudent mais il faut éviter de dénaturer la vision économique de l’entreprise en masquant d’éventuels coûts de  non-qualité́.

 

La mécanisation

 

Transformer un processus budgétaire en un exercice mécanique et automatique de projection de l’existant est un autre danger à éviter. La volonté de simplifier à outrance, de transformer la réflexion budgétaire en un exercice « en chambre » sur une feuille Excel pour gagner du temps aura pour conséquence de faire l’impasse sur toute la phase critique de réflexion stratégique et d’optimisation opérationnelle, pourtant précieuse.

En revanche, utiliser cette phase de réflexion pour tester des hypothèses ambitieuses, créatives voire radicales en amont du processus aura une vraie valeur qui ira bien au-delà du simple exercice « financier ». 

 

La déconnexion de la réalité 

 

Le déséquilibre dans la mensualisation du budget est une bonne illustration. Pour reprendre l’exemple du budget des ventes, positionner le plus tard possible (c’est-à-dire en fin d’exercice) les objectifs les plus ambitieux de croissance met en péril la réalisation budgétaire globale. En effet, ces objectifs sont en général sous-tendus par des moyens et donc des initiatives concrètes pour les atteindre. En repoussant le plus tard possible le challenge, il y a un vrai risque de transformer progressivement un budget en un objectif inatteignable.

 

Le perfectionnisme

 

« Le mieux est l’ennemi du bien » dit l’adage. Il faut effectivement éviter de consacrer trop de temps à la production de chiffres, à la réalisation de multiples scenarii, à la révision continuelle des hypothèses de construction du budget.

Une nouvelle fois, si la phase de réflexion en amont de la phase de construction chiffrée est travaillée de manière sérieuse, les hypothèses structurantes découleront naturellement et le travail qui s’en suivra sera plus aisé et beaucoup plus fluide.

 

Anticiper les faiblesses de votre construction budgétaire

 

Certains travaux budgétaires sont fréquemment négligés ou bâclés en fin de processus alors qu’ils sont des maillons tout aussi importants que les autres et nécessaires à la bonne pertinence globale du budget.

 

Le budget des investissements

 

Il s’agit de l’ensemble des dépenses d’immobilisations qu’elles concernent les outils de production, les bâtiments, les systèmes d’information, les installations voire les acquisitions.

La concentration des efforts sur le compte d’exploitation fait souvent remettre au second plan les réflexions sur ce thème, alors même que les investissements (capex) ont des conséquences évidentes sur le résultat annuel, à travers les retours qu’ils vont générer ou la prise en compte des charges d’amortissement correspondantes.

 

Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR)

 

Le crédit clients, la rotation des stocks, la politique en matière de crédit fournisseurs ne se traduisent pas toujours par des objectifs suffisamment précis. Ils constituent pourtant un élément majeur du plan de financement.

 

Le plan de financement

 

C’est la résultante du travail d’élaboration des flux de trésorerie. Il intègre les éléments d’exploitation comme les variations du BFR mais aussi les mouvements de trésorerie liés aux investissements et aux capitaux permanents (emprunts, dividendes, …).

Cette projection des flux de trésorerie conditionnera le niveau du financement à calibrer, qui se répercutera à son tour sur les frais financiers et donc le résultat projeté de l’entreprise.

Ce Tableau des Flux de Trésorerie (TFT) est aussi un document indispensable pour solliciter d’éventuels nouveaux financements auprès des partenaires bancaires.

D’autres articles qui pourraient vous plaire

DRH à temps partagé : pourquoi y avoir recours ?
Quel est le rôle d’un office manager ?
5 bonnes raisons de faire appel au temps partagé
Des compétences de haut niveau aux parcours riches
Des profils adaptés pour une intervention au bon niveau
Un réseau d’expertise et d’entraide très actif

Des questions ?

Vous souhaitez découvrir notre accompagnement en direction financière à temps partagé ?